test
27 C
Abidjan
dimanche 14 juillet 2024
AccueilINTERCrise énergétique: l’AES secouée par les délestages

Crise énergétique: l’AES secouée par les délestages

Sous une vague de chaleur étouffante, le Burkina et au Mali vivent une crise énergétique sans précédent. La fourniture d’électricité connait d’énormes difficultés et les populations subissent d’interminables délestages. En dépit des mesures d’atténuation des effets de la crise énergétique, les répercussions économiques, sociales et politiques sont intenables.

Energie du Mali (EDM) et la Société nationale d’électricité du Burkina Faso (Sonabel) ont pris des mesures de rationnement face à la forte chaleur. Et cela, en dépit des quantités d’électricité livrées par la Côte d’Ivoire à ces deux pays (279,8 GWh au Burkina Faso et 496,7 GWh au Mali) leurs besoins énergétiques sont passés de 600GWh en 2002 à 3200 GWh en 2023.  Pour ce Ramadan, EDM a opté pour un rationnement drastique comme solution palliative. Les populations maliennes reçoivent l’électricité 8 heures par jour, perturbant ainsi les activités économiques.

Les réseaux sociaux s’enflamment au Mali

Sur les réseaux sociaux, la grogne s’intensifie. Les populations pointent du doigt l’incapacité des autorités à trouver des solutions durables. Le Directeur général d’EDM M. Abdoulaye Djibril Diallo sous la pression s’est expliqué face à la presse, le 7 mars 2024, à Bamako. Il a annoncé l’acquisition de 42 millions de litres de gasoil dont 20 millions en provenance de la Russie et 22 millions du Niger. Il expliquera, en outre, que les difficultés énergétiques du Mali ont des causes structurelles : l’endettement pour plusieurs centaines de milliards FCFA (achats d’électricité passés de 91,36 milliards FCFA en 2021 à 132 ,04 milliards FCFA en 2022) ; la hausse des prix des produits pétroliers servant à produire 70% d’énergie thermique. EDM est aussi déficitaire de 209,58 milliards FCFA en 2022, selon Sikafinance. 

La colère enfle au Burkina Faso

Au Burkina Faso, le DG de Sonabel, M. Souleymane Ouédraogo, a rencontré, le 11 mars 2024, à Ouagadougou, des représentants de la société civile pour expliquer les difficultés de la fourniture d’électricité afin de calmer la colère de la population touchée par les effets des délestages nonobstant l’offre d’électricité ivoirienne et ghanéenne (400 GWh). Dans ces pays de l’AES, la crise énergétique affecte gravement les tissus économiques dont les activités ralentissent ou sont à l’arrêt. Les Etats secoués par la crise ont réuni leurs sociétés nationales d’électricité à Ouagadougou, du 20 au 22 février 2024, pour explorer des pistes de solutions et mettre en place des stratégies pour sécuriser leur fourniture en énergie électrique. Le 17 février 2024 à Niamey, le Premier ministre nigérien, Ali Mahamane Lamine Zeine, présidait également une réunion des ministres de l’énergie de l’AES, du Tchad et du Togo, sur la fourniture par le Niger du gasoil aux cinq pays.

Articles Similaires
spot_img

Articles Populaires

commentaires recents