test
27 C
Abidjan
dimanche 14 juillet 2024
AccueilINTERSituation sécuritaire au Burkina: Les révélations d’un journaliste burkinabè 

Situation sécuritaire au Burkina: Les révélations d’un journaliste burkinabè 

Le président du Mali, Assimi Goïta, a effectué une visite de travail et d’amitié de 24 heures au Burkina Faso, le 25 juin 2024, ayant suscité de nombreux commentaires. A ce propos, nous avons interrogé, le 27 juin 2024, le journaliste burkinabè Newton Ahmed Barry, ex-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et consultant international.

Comment analysez- vous la rencontre Ibrahim Traoré-Assimi Goïta à Ouaga? Existe-t-il des non-dits ?

Newton Ahmed Barry : C’est un voyage officiel qu’on n’a pas vu venir ; toute chose qui est inhabituelle à ce niveau des relations entre Etats.  Cette visite survient aussi après que le régime du capitaine Ibrahim Traoré dit IB a vraiment vacillé, à la suite d’un mouvement d’humeur au sein de sa garde rapprochée, occasionnant un tir de roquette, le 12 juin dernier, au moment où le capitaine présidait un conseil des ministres. 

Et, il s’en est suivi des ballets de gros porteurs militaires entre Bamako et Ouagadougou présentés officiellement comme le transport des munitions onusiennes pour être détruites. La visite d’Assimi Goïta à Ouagadougou est donc une surprise avec certainement d’autres motivations non officielles. Lors du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (Fespaco) 2023, le Mali était le pays à l’honneur, il avait été annoncé mais n’était pas venu. Pour toutes ces raisons, on peut penser que le voyage de Goïta à Ouagadougou était pour sauver le soldat IB.

Des militaires russes et maliens assureraient la sécurité du président Traoré. Le régime de transition serait-il sérieusement menacé ?

Comme toutes les sources sérieuses le disent, si les militaires maliens et des mercenaires russes ont été convoyés à Ouagadougou au moment fort de la crise consécutive au tir de roquette, ce n’est sûrement pas pour rien. Il s’agit effectivement de savoir si cette présence de militaires maliens et de mercenaires russes réussira à enrayer la défiance contre IB.

Comment jugez-vous le bilan sécuritaire des militaires au pouvoir, à Bamako et à Ouagadougou ?

Si les résultats étaient probants dans la lutte contre le terrorisme, les juntes n’allaient pas se durcir. Au Mali, la junte arraisonne les partis politiques pour les empêcher de dénoncer sa faillite. Au Burkina, la junte est vent debout contre la presse et les journalistes qui interrogent ses incapacités. Comment peut-on penser que les armées montent en puissance avec des drames comme à Mansila (Ndlr : localité située à l’est du Burkina où une attaque a visé le camp militaire, le 11 juin 2024) avec une centaine de soldats tués, 7 otages et l’arsenal de la base emporté ? 

Entretien réalisé par Bachir Rayan TOURE

Articles Similaires
spot_img

Articles Populaires

commentaires recents