test
27 C
Abidjan
dimanche 14 juillet 2024
AccueilCultureLittérature: Mahoua Bakayoko publie sa première bande dessinée

Littérature: Mahoua Bakayoko publie sa première bande dessinée

L’écrivaine et éditrice ivoirienne Mahoua S. Bakayoko, Ambassadeur de la chaire UNESCO de la culture de la paix et deuxième prix d’excellence Littérature 2023, dévoile ses activités littéraires. Elle annonce la publication de deux œuvres littéraires, en prélude au Salon International du Livre d’Abidjan (SILA). 

Le Tamtam Parleur : Vous menez une « croisade» pour le livre à travers le pays. Peut-on en savoir davantage ?

Mahoua S. Bakayoko : Cette « croisade » répond à un besoin de faire passer un message à cette couche fragile de la société que sont les jeunes et partager le dépôt que j’ai reçu de ma culture, de mon histoire, de ma vie. 

Depuis quatre années, j’organise une tournée littéraire thématique pour jouer ce rôle de passeuse que j’estime essentiel dans une société. Avec uniquement la caravane dans toute la Côte d’Ivoire, j’ai visité 08 grandes écoles ; 02 universités, 84 établissements secondaires ; 08 écoles primaires et rencontré près de 38 000 auditeurs. Mes activités annexes renforcent ce bilan largement positif. Je poursuis cette tournée à la rencontre de cette jeunesse qui a besoin de repères.

« Le Salaire de l’ingratitude » et « Le Fruit de l’honnêteté » sont vos deux livres de jeunesse. Pourquoi ce choix des enfants ?

Il s’agit de livres de jeunesse construits autour de valeurs pour bâtir une société de valeurs laquelle prend racine d’abord dans les esprits. Ces jeunes esprits en devenir devraient être la cible puisque c’est avec eux que nous allons construire le futur du pays et de l’Afrique. Même l’adulte, en lisant mes livres, en prend de la graine parce qu’il y a ces éléments de valeurs qui en font des vecteurs aussi bien pour les jeunes que les adultes. 

Quels sont vos projets littéraires?

J’ai la sortie de deux nouvelles œuvres. J’aurai ma première bande dessinée intitulée Sabalon l’homme aux trois sciences, qui est un conte initiatique et philosophique qui cible les enfants et les adultes. J’aurai aussi mon roman Le Chapelet de misère, qui plante son décor dans notre quotidien, nos tares et nos ombres.

Avec les Éditions Barrow que vous avez créé, parlez-nous des difficultés que rencontre la chaîne du livre !

La chaîne du livre comprend des auteurs qui écrivent, des éditeurs et des libraires. Une des grosses difficultés reste la ventilation des œuvres car l’écoulement est difficile, vu le taux auquel les livres sont frappés par les libraires qui varie entre 30% et 40%. En tant qu’éditrice, je peux dire que la difficulté majeure réside dans la distribution des œuvres.

Pourquoi aimeriez-vous participer au SILA qui se tiendra du 14 au 18 mai prochain ? 

Le SILA c’est la fête. Pour nous écrivains et éditeurs qui sommes dans le microcosme littéraire, c’est le rendez-vous à ne pas manquer. J’y participerai avec beaucoup de plaisir avec mes deux nouvelles œuvres 

Entretien réalisé par Bachir Rayan TOURE

Articles Similaires
spot_img

Articles Populaires

commentaires recents